Fandom

Wiki Star Trek Delta1

Futur Inespéré

53pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Chronique Megg Catsman

Un futur inespéré

Stardate 74231.92



Une femme se promenait seule dans les bois du Minnesota. Elle avait maintenant 40 ans et profitait des dernières journées de beau temps. Sa chevelure était toujours aussi noire et ses yeux aussi bleus. Elle avait quitté StarFleet il y avait maintenant 5 ans et travaillait dans une clinique privée de Saint-Paul, la capitale de cet état. Elle ne pouvait pas dire qu’elle y était heureuse, mais elle ne pouvait pas dire qu’elle y était malheureuse non plus ! L’espace lui manquait, s’était indéniable, mais son départ s’était fait dans des circonstances telles qu’elle ne se voyait pas y retourner, du moins, pas à court terme.

Parfois, elle se prenait à espérer que le poste de CNS du vaisseau de sa cousine se libère, ce qui lui permettrait de retourner là où était vraiment sa place, mais cela n’arriverait pas de sitôt, le CNS présentement en poste sur l’USS Atlantic étant très jeune et fraîchement sorti de l’Académie. Mais Laure lui répétait souvent qu’il n’y avait pas juste un quadrant ou une galaxie qui abritait des bases de StarFleet et où des vaisseaux y croisaient. Elle avait raison bien sûr, mais un seul endroit ferait son bonheur, à part le vaisseau de sa cousine, et c’était le quadrant Delta. Quadrant qu’elle avait quitté bien à regret, il y a 5 ans, afin d’éviter une situation intenable, autant pour elle que pour les autres qui y étaient impliqués. Le Capitaine Solak lui avait suggéré un transfert de vaisseau, le Magellan ou le Santa-Maria, mais elle avait refusé, c’était le Galilée ou rien ! Alors, il n’avait eu d’autre choix que d’accepté sa démission. Elle était donc partie, sans se retourner, laissant un métier qu’elle adorait et les amis qu’elle s’était fait, mais laissant surtout un homme derrière elle, un homme qu’elle avait aimé et qu’il ne l’avait jamais su ! Et c’était pour éviter que sa vie ne devienne un drame Shakespearien qu’elle était partie.

Jamais elle n’avait voulu être l’autre, la rivale, alors jamais elle ne s’était déclarée. De plus, la femme que cet homme aimait était sa meilleure amie ! Comment aurait-elle pu lui faire de la peine ?  Ce n’était pas son genre, elle n’avait pas été élevée de la sorte. Pour elle, le couple était une entité importante, sacrée, et rien ne devait venir le détruire, alors elle s’était tue. Les premières années, elle avait réussi à vivre avec cela, réussissant à côtoyer ces deux personnes et à effectuer son travail, mais lorsqu’on lui avait annoncé le mariage, qu’elle y avait assisté, elle avait compris que ça ne pouvait plus continuer de la sorte. Quelques jours plus tard, elle quittait. Elle était partie sans donner ses raisons à ses amis et avait fait promettre au Capitaine de ne rien dire. Longtemps ses amis avaient tenté de communiquer avec elle, mais elle s’était coupée d’eux, ne voulant pas souffrir de leur bonheur.

5 ans plus tard, elle était toujours seule, se vautrait dans le travail, n’avait jamais été en couple, l’homme qu’elle avait laissé derrière elle occupant tout l’espace disponible dans son cœur. C’était le choix qu’elle avait fait alors elle allait vivre avec !

Ces réflexions l’avaient ramenée à la maison. Elle vivait dans le chalet de la famille Catsman en banlieue de Saint-Paul. Son oncle et son père étaient tous les deux décédés et avaient laissé le chalet à leurs filles. Laure était dans l’espace, Megg (sa cousine), Hannah et Paige avaient leur famille, savoir que Megg habitait le chalet les rassuraient et elles venaient souvent la visiter avec leur enfants. Seule Laure et Megg étaient vieilles filles !

Elle s’installa donc sur la véranda avec un bon livre. Elle avait été en congé aujourd’hui, l’avantage de travailler au privé ! On pouvait organiser ses horaires comme on le voulait ! Elle venait tout juste de commencer sa lecture quand elle ressentit une présence. Quelqu’un montait vers la maison depuis le chemin principal. Elle savait que ce n’était pas l’une des filles, elles ne l’avaient pas avisé qu’elles viendraient et elle le faisait toujours. Qui pouvait bien venir dans ce coin perdu du Minnesota ??? Elle déposa son livre sur la table basse à ses côtés et scruta attentivement le chemin, elle savait qu’elle apercevrait une silhouette bientôt.

Et elle en aperçu une, en effet. Un homme, il remontait tranquillement le chemin.

Il s’avançait vers elle se demandant comment elle réagirait en le voyant, mais il n’avait pas fait tout ce chemin pour repartir maintenant. Malgré sa position chèrement acquise, cela avait demandé du temps pour qu’il arrive enfin à la retrouvée.

Elle mit sa main en visière car le soleil l’empêchait de déterminé de qui il s’agissait. Soudain, une communication s’imposa dans son esprit

VOIX :* Bonjour ma CNS préférée !*

Cette voix, elle l’aurait reconnue entre mille ! Ce n’était pas possible ! Que faisait-il ici ? Comment l’avait-il retrouvée ? Elle avait fait bien attention de cacher toute traces qui auraient pu remonter jusqu’à elle et avait fait jurer à Laure de ne pas dire où elle était !

Chamboulée, elle descendit les quelques marches de la véranda et se dirigea vers le chemin d’accès. Incapable de faire un pas de plus, elle due s’appuyer contre un arbre pour ne pas tomber. Voyant cela, l’homme se dirigea à la course vers elle, il arriva juste à temps pour la recueillir dans ses bras avant qu’elle ne tombe

CATSMAN : Que fais-tu ici ? Comment m’as-tu retrouvée ?

BAYOKO : Je t’ai cherché longtemps, j’ai fait jouer mes contacts, ça été difficile mais j’y suis arrivé. Calme toi, je suis là maintenant

Il lui caressait le dos pour la calmer. Elle avait appuyé la tête contre son torse. Sa chaleur la réconforta. Elle se mit alors à pleurer

BAYOKO : Aie ! Tu es triste de me voir ?

CATSMAN : Non, au contraire, je suis si heureuse de te voir !

Elle réussit à se calmer. Elle releva la tête et machinalement, scruta derrière l’épaule de l’homme, à la recherche d’une autre personne, une femme, qui aurait dû l’accompagner.

CATSMAN : Où est Mika ? J’aimerais tellement la voir !

BAYOKO : Viens, allons-nous asseoir, il faut que je te parle

Il l’aida à se redresser, à monter les quelques marches et même à s’asseoir. Elle ressentit de la tristesse chez lui. Qu’était-il donc venu lui dire ? Qu’est-ce qui était si grave qu’il avait dû se déplacer pour le lui annoncer ? Il s’agenouilla devant elle et la regarda dans les yeux, mais il ne dit rien. Il est vrai qu’il avait toujours laissé les silences parler à sa place.

CATSMAN : Rhyde, dis-moi ce qu’il se passe ! Où est Mika ?

BAYOKO : Elle n’est plus là Megg …

CATSMAN : Comment elle n’est plus là ??

BAYOKO : Elle est décédée il y a 6 mois …

Le choc fut terrible. Et les larmes revinrent de plus belles. Cette fois, il pleura avec elle. Megg pleurait une amie chère, alors que Rhyde pleurait sa femme ! Soudain elle s’en voulut de ne pas avoir fait en sorte qu’on puisse la joindre quand c’était arrivé. Elle aurait aimé être là, soutenir Rhyde et ses autres collègues dans la tragédie, leur démontrer que, malgré le choix qu’elle avait fait, elle pensait toujours à eux et était solidaire autant de leur malheurs que de leur bonheurs ! Les larmes finirent par se tarir et elle put de nouveau s’exprimer

CATSMAN : Dit-moi comment c’est arrivé, je veux le savoir !

Et il lui raconta. La mission, l’away-team qu’il dirigeait, l’attaque qu’ils avaient subi, l’impuissance de la sauver, le désespoir dans lequel sa mort l’avait jeté, son impuissance à en parler à quelqu’un … On l’avait relevé de ses fonctions pour 6 mois et c’est durant ce congé qu’il avait décidé de retrouver Megg. Il avait brassé ciel et terre. Il avait retrouvé Laure et lui avait demandé ce renseignement, il lui avait parlé en face-à-face, avait plaidé sa cause et c’est finalement elle qui lui avait révélé où Megg se trouvait. Il l’en avait remercié et Laure lui avait fait promettre de ne pas trop la perturber. Chère Laure, toujours à s’en faire pour les autres ! Et voilà, il était là aujourd’hui, dans son uniforme noir et jaune de StarFleet, avec le grade de Commander.

CATSMAN : Je suis tellement désolée pour toi, j’aurais tant voulu être là à ce moment là ! Pardonne-moi d’avoir caché où j’étais ! Pardonne-moi de ne pas avoir été là pour toi au moment où tu en avais le plus besoin ! En tant qu’amie, j’aurais dû y être …

BAYOKO : Je te pardonne ! Je serais sans cœur de ne pas le faire ! Je n’ai toujours pas compris par contre ce qui avait amené ton départ et ce qui t’avait amené à te cacher de la sorte. Tu vas enfin me le dire maintenant ?

Elle le regarda, indécise. Devait-elle lui dire ? Comment allait-il réagir ? Était-il assez remis psychologiquement du décès de sa femme pour recevoir son aveu ?

CATSMAN : Je ne sais pas si tu es assez fort pour bien le prendre Rhyde …

BAYOKO : Laisse-moi juger de ma force mentale STP. Je crois, qu’après toutes ces années, j’ai le droit de savoir !

Elle prit une grande inspiration, cet aveu allait lui enlever un grand poids, un poids qu’elle traînait depuis maintenant 10 longues années, car elle avait durée 5 ans avec son secret sur le Galilée, 5 ans avant de décider de partir et maintenant, 5 ans plus tard, il demandait à savoir. Il avait le droit de savoir, alors mieux valait se jeter à l’eau ! Si elle perdait son amitié après cet aveu, elle l’aurait bien cherché !

CATSMAN : Viens, entrons. Une tasse de thé ne nous fera pas de mal. Je te raconterai tout ensuite, promis !

Il la suivit à l’intérieur. Pendant qu’elle préparait le thé, il regarda la décoration, fit le tour du propriétaire. En regardant comment elle avait décoré sa demeure, il retrouva la jeune femme douce qu’il avait connu. Il retrouvait un peu d’elle dans chacune des pièces de la maison, mais aussi un peu des autres membres de la famille Catsman. Il avait parlé à Laure, il la connaissait maintenant et même sa présence se reflétait dans ce chalet. Il regarda dehors, par les immenses fenêtres du salon et il comprit pourquoi Megg avait choisi de s’installer ici. C’était tellement calme et apaisant ! Megg le rejoignit alors avec un plateau. Il y avait une théière, deux tasses et de petits sablés.

BAYOKO : Ma foi, tu es devenu une vraie maitresse de maison !

CATSMAN : J’ai toujours su comment bien recevoir M Bayoko, vous devriez vous en rappeler !

BAYOKO : Pardonne-moi, je ne faisais que te taquiner.

Megg versa le thé et s’installa sur le sofa face à Rhyde. Surtout, ne pas s’asseoir près de lui, la proximité ferait en sorte qu’elle ne pourrait rien lui dire ! Il prit la tasse qu’elle lui tendait et s’installa à son tour, face à elle. La table basse les séparait. Elle but une gorgée et finalement, débuta son récit

CATSMAN : Aussi bien te le dire directement, à notre âge, ça ne vaut pas la peine de prendre 4 chemins pour arriver à son but ! Je suis partie parce que je t’aimais Rhyde ! C’est aussi simple que ça ! Je suis partie pour éviter que ma vie, et la vôtre par ricochet, ne devienne un drame Shakespearien ! Je t’ai toujours dit que jamais je ne serais l’autre femme, alors j’ai levé les pattes pendant que je le pouvais ! Je ne voulais pas porter ombrage à votre bonheur, car vous étiez tellement heureux le jour de votre mariage ! Vous voir m’a rendue heureuse mais m’a fait mal également, tellement mal car je me suis rendue compte que la vie que je menais et le secret que je portais déjà depuis 5 ans me grugeais de l’intérieur. Ça ne pouvait plus continuer comme ça, il fallait que je parte et que je parte loin ! J’ai fait en sorte qu’on ne me retrace pas, je ne voulais vraiment plus voir un seul uniforme de StarFleet ! Même Laure, quand elle vient, s’habille en civil ! Je sais, j’ai été égoïste de ne pas vous en parler et de me couper de toute communication, mais c’était la seule façon de m’en sortir ! J’ai dû faire une thérapie, moi la CNS, pour m’en sortir et depuis 3 ans, je vais mieux. Je pense à vous tous les jours, au Galilée, à ce que j’ai laissé derrière, mais je sais au fond de mon cœur que j’ai pris la bonne décision, et pour vous et pour moi. Voilà …

Il ne répondit pas tout de suite. Il déposa sa tasse sur la table, se leva et marcha vers la baie vitrée. Cela lui rappelait le bureau de Megg sur le Galilée, il s’était toujours senti bien dans ce bureau, fait rare pour lui ! La vision du paysage le calma. Car il se retenait d’exploser ! Megg le sentait ! Il pesait ce qu’il allait lui dire car il ne voulait pas lui faire porter tout le blâme, car oui, il avait bien des choses à se reprocher dans cette histoire ! Jamais il n’avait fait exprès pour que la jeune Megg tombe alors amoureuse de lui, jamais il ne l’avait découragée en ce sens. Il savait qu’elle savait qu’il aimait Mika et que jamais rien ne les sépareraient plus mais il n’avait pas été clair non plus dans ses sentiments envers la jolie CNS qu’elle était alors ! Il lui était attachée, elle était la seule personne qui avait réussi à le faire parler, à le faire se dévoiler et à l’aider à guérir de son passé. Il lui en avait toujours été reconnaissant. Avec les années, elle était devenue plus chère qu’une simple amie mais l’amour qu’il lui portait n’était pas assez fort pour effacer celui qu’il portait à Mika. Il avait été blessé lorsque Solak lui avait annoncé le départ de Megg, surtout qu’elle avait déjà levé les feutres quand il l’avait appris ! Avec Mika, ils avaient cherchés à savoir pourquoi et où elle était, mais elle avait bien prévu son coup et tous leurs efforts étaient restés vains. À sa mort, Mika lui avait fait promettre de la retrouver et de lui dire que, malgré tout, elle lui pardonnait ! Il avait accompli la première partie de sa mission, maintenant, il lui restait l’autre à faire ! Il se retourna finalement et se réinstalla sur le sofa, face à elle, c’était maintenant à lui de parler.

BAYOKO : Tout d’abord, merci de m’avoir donné la raison de ton départ, je comprends mieux maintenant. Je comprends pourquoi je sentais que tu allais mal les jours avant notre mariage. Mais j’étais tellement heureux et pris par les préparatifs que je n’ai pas su « voir » ton mal-être et ta tristesse. Je te demande pardon pour ça. En tant qu’ami, j’aurais dû voir et t’aider, mais je ne l’ai pas fait et c’est ce qui a précipité ton départ. Laisse-moi te dire que lorsqu’on a su que tu étais parti, Mika et moi en avons été très peinés. Nous avons tout tenté pour te retrouver mais tu avais bien caché tes pistes. Mika surtout voulait comprendre, elle s’est sentie trahie … Avec les années, ce sentiment s’est estompé et quelques minutes avant de décéder, elle m’a fait promettre de te retrouver et de te dire qu’elle t’avait pardonné et qu’elle était désolée si elle t’avait fait de la peine. D’après moi, avec les années, elle avait compris, compris pourquoi tu étais parti, de là la raison pourquoi elle voulait que tu lui pardonnes aussi.

Il prit une gorgée de son thé et se cala dans son fauteuil. Il observa Megg. Elle le regardait aussi, adossée aux coussins du sofa. Il la sonda rapidement, aucune animosité ne ressortait, au contraire, il ne percevait que de l’amour, et du soulagement aussi. Soulagement de savoir que son amie avait pensé à elle avant de mourir, soulagement de s’être délivrée de son poids. Soudain, il crut revoir la jeune CNS enjouée et douce qu’elle avait été il y a 10 ans à son arrivée sur le Galilée. Et il se rappela aussi celle qu’elle était le jour de son mariage. Bien qu’elle s’efforçait de sourire, elle souffrait et ça, il ne l’avait pas vu ! Mais maintenant, il savait et l’image de Megg à son mariage lui revint et il comprit.

CATSMAN : J’irai sur sa tombe et je lui parlerai, tu me diras où elle est ?? J’ai toujours pensé que les personnes décédées pouvaient nous entendre quand on le voulait vraiment, alors j’aurai une bonne conversation avec elle !

BAYOKO : Je te le dirai, bien entendu ! Mais il y a autre chose que je voulais te dire également. Durant les années où tu étais avec nous, je n’ai jamais découragé tes sentiments pour moi. Je savais que tu ressentais quelque chose de particulier à mon égard et, je te l’avoue maintenant, ça flattait mon égo d’avoir deux jolies femmes à mes côtés. J’aimais Mika de tout mon cœur, elle était mon âme sœur, mais toi … toi je t’aimais aussi ! Peut-être pas de la même façon dont j’aimais Mika, mais oui, je t’aimais. Quand j’ai appris ton départ, je l’ai mal pris ! Pauvre Mika ! J’aurais tout cassé dans notre cabine si elle n’avait pas été là ! Elle ne comprenait pas pourquoi je le prenais de cette façon, elle ne savait pas que j’avais des sentiments pour toi et je ne lui ai jamais dit, je ne voulais pas lui faire de peine. Peut-être l’a-t-elle senti plus tard, mais elle ne m’en a jamais parlé.

Une autre gorgée de thé. Megg avait fini la sienne depuis longtemps. Sa tasse reposait sur la table basse et elle avait ramené ses jambes sur le sofa et avait appuyé son menton sur ses genoux.

BAYOKO : Maintenant, avec tes explications, et les miennes, je me sens en paix. La boucle est bouclée, nous pourrons tous les deux passer à autre chose ! Et cet autre chose c’est ceci : reviens avec moi Megg, reviens sur le Galilée ! Je sais que l’espace te manque, Laure m’en a parlé ! Tu tournes en rond ici, tu es fait pour l’exploration et pour thérapiser les méchants ME ! Le Capitaine est prêt à te reprendre, nous n’avons plus de CNS depuis 1 mois. Tu es la meilleure, on te veut toi … Je te veux toi … Reviens avec moi !

Elle fut décontenancée ! Elle ne s’attendait pas à ça du tout ! Il voulait d’elle ? Mais de quelle façon ? Il ne pouvait tout de même pas penser à une autre relation alors que sa femme venait de mourir ! C’était insensé ! Elle ressentit pourtant de la sincérité, donc il ne mentait pas, il voulait d’elle …

CATSMAN : De quelle façon veux-tu de moi Rhyde ? Pour te consoler du décès de Mika ? Pardonne-moi mais je ne jouerai pas à cache cache avec un fantôme ! Si tu veux de moi ce sera entièrement ou pas du tout, pas à demi ! Cela fait 10 ans que j’attends que tu prononces ces mots-là, 10 ans que j’espère en silence que tu daignes me voir autrement que comme une amie ! Je suis partie parce que je ne voulais pas m’immiscer dans votre bonheur mais aussi pour me protéger. Je ne veux pas avoir à reprendre la même décision dans un autre 5 ans, tu me comprends ?

Pour toute réponse, il se leva et vint s’installer à ces côtés. Il prit sa main droite dans la sienne et y déposa un baiser. Il promena son autre main dans sa chevelure noire de jais ... Finalement, il approcha son visage du sien … Elle combattit un tant soit peu son geste,  mais il était plus fort qu’elle … Ses lèvres se déposèrent sur les siennes et il l’embrassa doucement. Elle entrouvrit les lèvres et leur baiser devint plus passionné. Elle s’accrocha à son bras et émit un gémissement de contentement. Finalement, le baiser se termina et il appuya son front sur le sien

BAYOKO : Je veux de toi de cette façon Miss Catsman. Toi toute entière et non à demi. Mika a été mon âme sœur, tu l’est toi aussi, qui dis qu’une personne ne peut pas avoir deux âmes sœur ? Nous nous consolerons mutuellement et ensuite, nous vivrons une belle vie, toi et moi. Tu es d’accord ?

CATSMAN : Comment te dire non M Bayoko ! Mais s’il faut encore que je te courre après pour t’amener à mon bureau… je plaisante … Amène moi avec toi, c’est tout ce que je désire !

La soirée tomba sur un couple enlacé sur un sofa en plein milieu d’un boisé du Minnesota. Un couple pour qui le futur inespéré était maintenant possible, un couple qui avait traversé bien des choses autant ensemble que séparé et qui s’était maintenant retrouvé. Et, au-dessus de ce couple, une mi-brekianne/mi-bétazoïde souriait, elle avait accompli sa mission elle aussi, elle pouvait maintenant dormir en paix !

Le soleil se levait à peine sur le tout nouveau couple, les premiers rayons traversait tout juste les fenêtres, et déjà le calme était interrompu.

Voix [Com] : Commander BAYOKO ici USS Niňa

Rhyde regarda la jeune femme endormie a ses côtés, elle lui avait manqué durant toutes ces années. A peine s’était-il retrouver que déjà le devoir se rappeler à lui. Il s’éloigna, passa dans la cuisine.

BAYOKO [Com] : Oui Niňa

VOIX [Com]: Désolé Commander mais le capitaine a été demandé à Starfleet command. On à une mission et c’est à vous de prendre les commandes.

BAYOKO [Com] : Je suis en vacances, je vous rappel.

VOIX[Com] : Non monsieur, elle sont finies depuis quinze jours, mais le capitaine n’a pas voulu vous déranger.

Rhyde n’avait pas vu le temps passer, il avait mis si longtemps pour la retrouver. Cela le laisser perplexe. Des bras vinrent l’enlacer tendrement, il sentit un visage se coler sur son dos.

CATSMAN : Le devoir, c’est ça?

BAYOKO : Oui !                                       

CATSMAN : Vas y.

BAYOKO : Non, je viens tout juste de te retrouver et faudrait déjà que je parte.

CATSMAN : Tu le savais en venant que tu devrais repartir à un moment. Je t’attendrai ce qui me laissera le temps de préparer mes affaires et de demander ma réintégration.

BAYOKO : Non, je ne te laisserais pas comme ça. Pas si facilement.

Il souriait, il était visiblement heureux. Megg le regardait, elle n’avait pas oublié cette attitude un tantinet exubérante. Il avait visiblement une idée derrière la tête.

CATSMAN : A quoi tu penses ?

BAYOKO : Tu verras.

CATSMAN : Tu n’as pas changer, tu aimes toujours avoir ce côté mystérieux qui fait ton charme.

BAYOKO : C’est donc ça qui t’a plus chez moi, et dire que je croyais que c’était mon côté manipulateur.

Elle ne put s’empêcher de sourire, en une soirée elle avait rajeunis de dix ans.

BAYOKO : Toujours un thé avec une tartine de miel ?

Elle était surprise de voir qu’il n’avait pas oublier ce genre de détails anodins.

BAYOKO : Je te prépare ça, va préparer quelques affaires. Je t’emmène avec moi.

CATSMAN : Mais je ne fais plus partis de Starfleet.

Il souriait de plus en plus, il prit sur le plan de travail à ses côtés un padd.

BAYOKO : Tiens c’est pour toi, tu n’as plus qu’à signer ça.

CATSMAN : C’est quoi ?

BAYOKO : Ton ordre de réintégration.

CATSMAN : Tu avais tout prévu ?

BAYOKO : Pas tout, j’étais venu chercher une amie, et j’espérais la convaincre de me suivre. Le reste est je pense une évidence que j’ai toujours refusé de voir. J’aurais dû faire plus attention et…

Il n’eut pas le temps de finir qu’elle s’était jeter à son coup. Un doux baiser échangé.

CATSMAN : Ne ressassons pas le passé. Construisons le présent.

BAYOKO : Toujours aussi sage. Tu m’as manqué,…, terriblement.

Quelques larmes coulèrent sur les joues de la jeune femme. Elle quitta la pièce ne voulant pas trop pleurer. Lorsqu’elle revint de sa douche, son petit déjeuner était servi.

BAYOKO : Nous partons dans 01 heure, je n’ai pas pu avoir plus. Te voilà officiellement à nouveau conseillère du Niňa. Tu verras ce n’est pas le Galilée mais ce petit navire réserve bien des surprises.

CATSMAN : En fait peu importe, tant que je suis à tes côtés.

BAYOKO : Ta cabine est à côté de la mienne. Je n’ai pas voulu précipiter les choses.

CATSMAN : Tu as bien fait.

Après quelques affaires entassées dans une cantinière, un halo bleu emporta les deux officiers a bord du Niňa.




=/\= Fin  =/\=

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard